Qu’est-ce qu’un mainnet pour une blockchain ?

Nous savons à quel point il est crucial pour vous de comprendre les notions technologiques qui se cachent derrière ces actifs passionnants. C’est pourquoi, dans cet article, nous souhaitons vous expliquer en détail ce qu’est un mainnet pour une blockchain.

Définition d’un mainnet

Un mainnet est tout simplement le réseau principal d’une blockchain, celui sur lequel se déroulent les véritables transactions. Il s’agit donc du produit final, opérationnel, d’un projet blockchain. Lorsqu’une nouvelle blockchain est développée, elle passe d’abord par une phase de test sur des réseaux parallèles appelés testnets. Une fois que les développeurs sont satisfaits du fonctionnement de la blockchain, ils la déploient sur le mainnet. À ce moment-là, les utilisateurs peuvent commencer à l’utiliser pour échanger des cryptomonnaies ou exécuter des smart contracts.

À quoi sert un mainnet ?

Le mainnet a plusieurs utilités. Tout d’abord, il permet de tester les capacités réelles d’une blockchain dans des conditions réelles d’utilisation. Sur le mainnet, n’importe quel utilisateur peut interagir avec la blockchain, ce qui n’est pas le cas sur les testnets qui sont réservés aux développeurs. Le mainnet permet aussi d’apporter de la crédibilité à un projet blockchain, en démontrant que la technologie est viable et opérationnelle. Enfin, il donne la possibilité aux développeurs de construire des applications décentralisées (DApps) dessus.

Ça pourrait vous intéresser :  Les origines de la cryptomonnaie : histoire et créateur

Caractéristiques d’un mainnet

Les mainnets ont généralement plusieurs caractéristiques communes. Ce sont des blockchains publiques, accessibles à tous sur Internet. Les transactions y sont validées par les mineurs ou validateurs, selon le consensus utilisé (Proof-of-Work ou Proof-of-Stake). Ces transactions sont payantes, avec des frais de réseau destinés à sécuriser le réseau et éviter les spams. Enfin, les mainnets sont open source, ce qui permet un contrôle total de la communauté sur le code source.

Le consensus sur un mainnet

Le consensus est le mécanisme qui permet aux participants du réseau (mineurs/validateurs) de s’accorder sur l’état de la blockchain et la validité des transactions. Sans consensus, une blockchain ne peut pas fonctionner. Sur un mainnet, le consensus est assuré soit par la Proof-of-Work (PoW) comme sur Bitcoin, soit par la Proof-of-Stake (PoS) comme sur Ethereum 2.0. Dans les deux cas, les participants doivent engager des ressources (puissance de calcul ou mise de fonds) pour prendre part à la validation.

Le coût des transactions

Une différence majeure entre un mainnet et un testnet est que les transactions sur le mainnet ne sont pas gratuites. Les utilisateurs doivent payer des frais, appelés “gas” sur Ethereum, pour que leur transaction soit validée. Ces frais de réseau servent à rémunérer les validateurs pour leur travail de sécurisation, et évitent aussi les spams sur la blockchain. Sur un testnet, les transactions sont gratuites car il n’y a pas d’enjeu financier réel.

Mainnet et crédibilité du projet

Le lancement d’un mainnet est un passage obligé pour qu’un projet blockchain gagne en crédibilité. Tant qu’il n’y a pas de mainnet, la blockchain n’est pas réellement utilisable. Le mainnet prouve que la technologie est viable et permet de construire des applications décentralisées dessus. De plus, le mainnet offre une transparence totale aux utilisateurs, qui peuvent vérifier eux-mêmes toutes les transactions effectuées depuis le début.

Ça pourrait vous intéresser :  Les avantages et les inconvénients des cryptomonnaies : une analyse approfondie

Levées de fonds avant le mainnet

La plupart des projets blockchain lèvent des fonds, via une ICO par exemple, avant même d’avoir un mainnet opérationnel. Ces fonds servent justement à financer le développement du mainnet. Une fois le mainnet lancé, ces projets disposent déjà d’une communauté et de fonds pour continuer à évoluer. Certains projets déploient néanmoins un mainnet avant de lever des fonds, démontrant ainsi la viabilité de leur technologie.

Le mainnet Ethereum

Le mainnet Ethereum est le parfait exemple d’un réseau blockchain principal. Il a été lancé en 2015 après une levée de fonds en 2014. Depuis, des milliards de dollars ont transité par le mainnet Ethereum qui sécurise des milliers d’applications décentralisées. Le mainnet Ethereum a évolué au fil du temps via des mises à jour appelées “hard forks”, améliorant ses fonctionnalités et sa sécurité. Aujourd’hui, il s’apprête à passer de la Proof-of-Work à la Proof-of-Stake.

Le testnet, complément du mainnet

Chaque mainnet a son testnet, qui est une version parallèle permettant de tester des mises à jour avant de les déployer sur le mainnet. Les testnets reproduisent le fonctionnement du mainnet mais sans enjeu financier réel. Ils sont indispensables pour déboguer les smart contracts et les protocoles avant leur lancement officiel. Par exemple, la mise à jour Ethereum 2.0 a d’abord été extensivement testée sur différents testnets avant son déploiement progressif sur le mainnet Ethereum.

Voilà, vous savez désormais tout sur les mainnets dans l’univers des blockchains. N’hésitez pas à revenir lire cet article pour approfondir vos connaissances sur ce sujet clé. Bonne continuation dans votre exploration passionnante du monde crypto !

Ça pourrait vous intéresser :  Comprendre les bases de la tokenomics et son impact sur l'économie numérique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *