Attention! 18 entités illégales ciblent vos investissements en Espagne!

La Commission Nationale du Marché des Valeurs (CNMV), le principal régulateur financier espagnol, a récemment mis en garde les investisseurs contre dix-huit entités qui opèrent sans licence appropriée sur le marché espagnol. Parmi ces entreprises, plusieurs sont liées au secteur des cryptomonnaies, telles que Bitbinx, Crytomerge et CryptoMaxiTrade. La CNMV a clairement indiqué que ces sociétés ne sont pas enregistrées dans le registre correspondant de la Commission et, par conséquent, elles ne sont pas autorisées à fournir des services d’investissement ou d’autres activités soumises à la supervision de la CNMV.

Nous, chez cours-crypto.fr, estimons qu’il est crucial pour les investisseurs de rester informés sur les entreprises autorisées à opérer dans leur pays pour éviter tout risque de fraude ou de perte financière. C’est pourquoi nous vous conseillons toujours de vérifier les accréditations des plateformes avant d’y investir votre argent.

Une croissance remarquable du nombre d’entreprises cryptos enregistrées

Malgré cet avertissement, nous avons noté une augmentation significative du nombre de sociétés de cryptomonnaies officiellement enregistrées pour opérer en Espagne. En effet, en 2023, ce nombre a augmenté d’environ 56%. Selon le registre officiel publié sous forme de document Excel sur le site de la banque centrale d’Espagne, trente entreprises ont obtenu une licence de prestataire de services d’actifs virtuels en 2023. À l’heure actuelle, ce registre compte quatre-vingt-trois entreprises, y compris des multinationales comme Binance, Bitpanda, Revolut et Crypto.com.

Nous observons également que la CNMV et les régulateurs espagnols ont renforcé leur politique à l’égard de l’industrie crypto au cours de l’année 2023. Par exemple, le ministère espagnol de l’Économie et de la Transformation Numérique a annoncé l’implémentation accélérée du premier cadre crypto complet de l’Union Européenne, le Règlement sur les marchés des crypto-actifs (MiCA), six mois avant la date limite de juillet 2026.

Ça pourrait vous intéresser :  BitForex bloque tout retrait et ignore ses utilisateurs!

Un acteur influent dans l’écosystème crypto européen

L’Espagne continue d’affirmer son rôle prépondérant au sein de l’Europe et se classe quatrième au niveau mondial concernant le nombre de distributeurs automatiques de cryptomonnaies avec trois cent dix machines opérationnelles. Ce chiffre dépasse largement ceux de ses voisins tels que l’Allemagne avec cent soixante-dix-huit et la France avec seulement seize.

Parallèlement à ces développements positifs dans le secteur des cryptomonnaies, la banque centrale du pays explore activement le potentiel d’une monnaie numérique de banque centrale (CBDC). En janvier 2024, elle a choisi ses collaborateurs pour les tests pilotes d’une CBDC de gros. Le programme espagnol CBDC est unique en ce sens qu’il a été déclaré indépendant du projet euro numérique et couvrirait toutes les économies de la zone euro s’il était mis en œuvre.

La vigilance reste de mise

Toutefois, malgré ces avancées encourageantes pour l’écosystème crypto espagnol et européen, il est essentiel que les investisseurs restent vigilants. La publication par la CNMV d’une liste d’entités non autorisées souligne l’importance pour les utilisateurs et les investisseurs de vérifier scrupuleusement la légitimité des plateformes avec lesquelles ils choisissent d’interagir.

Nous recommandons toujours aux investisseurs potentiels d’exercer une diligence raisonnable et de consulter les registres officiels avant de s’engager avec une entreprise dans le domaine des cryptomonnaies. La prudence est fondamentale dans un espace aussi dynamique et en constante évolution que celui des actifs numériques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *