Binance bannit le naira nigérian, l’État réclame 10 milliards !

La plateforme d’échange de cryptomonnaies Binance a récemment retiré le naira nigérian de son service de pair-à-pair (P2P), ce qui coïncide avec les revendications des autorités nigérianes demandant 10 milliards de dollars de compensation. Ces dernières accusent la plateforme d’avoir contribué à la dévaluation de leur monnaie locale.

Le retrait du naira par Binance

Le retrait du naira par Binance de son marché P2P survient dans un contexte tendu avec le gouvernement nigérian. En effet, ce dernier cherche à obtenir une compensation financière substantielle, alléguant que Binance a joué un rôle dans la dépréciation de sa monnaie nationale. La fonction P2P, qui permet aux utilisateurs d’échanger directement entre eux sans intermédiaire, était devenue populaire au Nigeria en 2021, après l’interdiction par le gouvernement de l’industrie florissante des cryptomonnaies durant l’administration du président Muhammadu Buhari.

Cette décision intervient alors que le pays fait face à une inflation record de près de trois décennies, atteignant 29,9%, et que le gouvernement se concentre sur les plateformes offrant des services liés aux cryptomonnaies. Ces sites sont en effet réputés pour établir une valeur informelle pour le naira et sont fréquemment utilisés pour les transactions commerciales.

Les répercussions pour les utilisateurs

Les utilisateurs nigérians de cryptomonnaies avaient déjà signalé des difficultés d’accès à différents sites d’échange, y compris Binance. Peu après, Binance a imposé une limite sur le prix de vente des tokens Tether (USDT) sur sa plateforme P2P, empêchant les traders de vendre des USDT à plus de 1 802 nairas par USDT. Bien que la communauté locale des cryptos ait spéculé sur les raisons de cette mesure, l’échange a expliqué que le plafonnement du prix était dû à une pause automatique du système.

Ça pourrait vous intéresser :  Le halving du Bitcoin va éliminer les mineurs inefficaces!

Une surveillance accrue sur Binance

Binance fait face à une surveillance accrue au Nigeria, notamment de la part de la Banque centrale du Nigeria (CBN), qui s’inquiète des “flux suspects” d’argent transitant par Binance Nigeria. En 2023, il a été rapporté que 26 milliards de dollars avaient transité par le Nigeria via Binance depuis des sources et utilisateurs non identifiés. Des informations indiquent également que deux cadres supérieurs de Binance auraient été détenus à Abuja par le bureau du Conseiller à la sécurité nationale, alors que la nation cherche à réguler les échanges de cryptomonnaies pour contrôler la spéculation autour du naira.

L’opinion des analystes locaux

Les analystes locaux se montrent déçus par l’attitude hostile du gouvernement envers les cryptomonnaies dans sa tentative de résoudre les problèmes de change du pays. Un passionné nigérian des cryptos a exprimé sur les réseaux sociaux que les problèmes financiers du pays persisteraient si celui-ci continuait d’antagoniser les cryptomonnaies au lieu de se concentrer sur la production et l’exportation.

Nous attendons encore un commentaire officiel de Binance concernant ces développements. Toutefois, il est clair que l’interaction entre les gouvernements et les plateformes d’échange de cryptomonnaies reste un domaine complexe et souvent controversé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *