Google espionne vos portefeuilles Bitcoin ? Le débat s’enflamme !

L’annonce récente de Google concernant l’intégration des soldes de portefeuilles Bitcoin dans les résultats de recherche soulève un débat sur la confidentialité. Alors que certains y voient un pas de plus vers l’adoption généralisée, les défenseurs de la confidentialité s’inquiètent de l’agrégation centralisée des données.

Une avancée vers l’accessibilité ou un risque pour la vie privée ?

Nous observons que Google a élargi ses fonctionnalités pour permettre aux utilisateurs de rechercher les soldes des portefeuilles sur plusieurs blockchains, telles que Bitcoin, Arbitrum, Avalanche, Optimism, Polygon et Fantom. Lorsqu’on saisit l’adresse du portefeuille dans le moteur de recherche, les résultats affichent le solde des jetons par réseau ainsi que la date de dernière mise à jour.

Les utilisateurs peuvent rechercher trois formats d’adresses Bitcoin – P2PKH, P2SH et Bech32 – et consulter les soldes actuels ainsi que les transactions récentes. En intégrant les données Bitcoin dans les résultats de recherche, Google accroît son accessibilité aux activités on-chain, en tirant parti de son volume quotidien élevé de recherches.

Toutefois, cette nouvelle fonctionnalité a suscité des préoccupations chez les partisans du Bitcoin axés sur la vie privée qui ont exprimé leurs craintes concernant l’agrégation centralisée des données et son impact sur la confidentialité.

L’évolution progressive de Google vis-à-vis du crypto

La fonctionnalité récente de Google fait suite à l’introduction des résultats de recherche pour le domaine Ethereum Name Service (ENS), permettant aux utilisateurs de vérifier les soldes des portefeuilles avec des noms de domaine lisibles comme “vitalik.eth” pour les adresses de portefeuilles Ethereum.

Ça pourrait vous intéresser :  L'Andorre va-t-elle espionner vos transactions Bitcoin ?

L’expansion récente s’appuie sur l’introduction initiale par Google des recherches de solde des portefeuilles Ethereum en mai 2023. En 2022, Google avait intégré une fonctionnalité crypto permettant à certaines adresses de portefeuilles Ethereum d’avoir leurs soldes en Ether (ETH) suivis par le moteur de recherche Google, évitant ainsi le besoin de se rendre sur Etherscan.

L’ajout des recherches de portefeuille marque un changement dans l’attitude du géant technologique. Google a interdit les publicités liées au Bitcoin en 2018 mais a récemment inversé sa position, autorisant les publicités pour les fonds négociés en bourse (ETF) Bitcoin au comptant suite à leur approbation aux États-Unis en janvier.

Les partenariats stratégiques et initiatives innovantes

En octobre 2022, Google s’est associé à Coinbase pour permettre à ses clients de payer les services cloud avec des crypto-monnaies. La firme technologique a également initié un compte à rebours pour l’événement Ethereum Merge – la transition d’Ethereum du proof-of-work (PoW) au proof-of-stake (PoS) en 2022 – en présentant des pandas animés se déplaçant en synchronisation.

En 2023, Google Cloud s’est joint au réseau Web3 startup Orderly pour créer des outils de développement centrés sur l’utilisateur pour la finance décentralisée (DeFi), afin d’abaisser la barrière d’entrée dans le monde décentralisé. Cette collaboration visait à relever les principaux obstacles de la DeFi : les barrières d’entrée et les problèmes de sécurité, qui sont depuis longtemps des défis dans l’écosystème.

Nous constatons donc une évolution notable dans la manière dont Google perçoit et intègre la technologie blockchain et les crypto-monnaies dans ses services. Cela pourrait signifier une adoption accrue et une facilité d’accès pour le grand public mais pose également d’importantes questions sur la protection des données personnelles et la vie privée.

Ça pourrait vous intéresser :  Bitcoin explose, BNB, TON, VET et BGB en feu! Ça va durer?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *