“Les règles de l’UE pour les stablecoins vont tout changer!”

Les régulateurs financiers de l’Union européenne (UE) envisagent d’ajouter davantage de lignes directrices en matière de réglementation des stablecoins dans le cadre du cadre réglementaire des marchés en crypto-actifs (MiCA) en publiant des normes réglementaires techniques pour les émetteurs de stablecoins lorsqu’ils traitent des plaintes.

Les normes techniques réglementaires (RTS) publiées le 13 mars détaillent les procédures et les normes que les émetteurs de stablecoins doivent suivre pour gérer efficacement les plaintes des détenteurs de jetons de référence d’actifs (ARTs). Ce cadre vise à soutenir l’innovation et une concurrence équitable tout en assurant un niveau élevé de protection des détenteurs de détail et l’intégrité des marchés des crypto-actifs.

Selon le rapport de l’EBA, ce cadre réglementaire pour les stablecoins est le résultat d’une collaboration conjointe entre l’EBA et le régulateur des marchés de l’UE, l’Autorité européenne des marchés financiers (ESMA). Les deux entités ont mené les consultations entre juillet et octobre 2023.

Ce cadre réglementaire doit être soumis à la Commission européenne pour approbation d’ici la fin juin. Par la suite, ces normes seront examinées par le Parlement européen et le Conseil européen avant d’être publiées au Journal officiel de l’Union européenne, le répertoire autoritaire des lois existantes du bloc.

Le cadre réglementaire MiCA au sein du bloc catégorise les stablecoins qui peuvent être liés à plusieurs devises fiduciaires ou autres actifs, y compris les cryptomonnaies, comme des jetons de référence d’actifs (ARTs). Cela se distingue des stablecoins uniquement adossés à la valeur d’une seule monnaie, comme l’euro ou le dollar.

Ça pourrait vous intéresser :  Découvrez les secrets inédits du Bitcoin révélés par Satoshi!

Auparavant, l’UE a activement surveillé les stablecoins grâce à la réglementation MiCA. La nécessité d’une surveillance accrue des stablecoins est devenue impérative après l’effondrement du UST de Terra Luna, qui a soulevé des préoccupations quant à leurs implications systémiques. Indépendamment, l’EBA avait précédemment suggéré des réglementations pour les émetteurs de stablecoins.

Une autre disposition de la législation MiCA exige également un examen rigoureux des actionnaires et des membres du conseil d’administration pour les prestataires de services en actifs cryptographiques (CASPs). Ces règles visent à autoriser les CASPs tout en garantissant la séparation entre les actifs des clients et les opérations de trading. L’objectif est d’éviter le mélange d’argent des clients et de l’entreprise, comme dans le cas de FTX.

L’implémentation complète de MiCA est prévue pour décembre, tandis que la réglementation sur les stablecoins est prévue pour cet été. La législation MiCA cherche à établir un cadre complet pour les émetteurs, prestataires de services et utilisateurs de crypto.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *