Boostez vos gains Ethereum avec cette astuce de restaking!

Le staking d’Ethereum fait référence à l’utilisation d’Ether mis en jeu sur le réseau Ethereum pour soutenir en même temps la sécurité d’autres protocoles décentralisés. Cette pratique permet non seulement de renforcer la sécurité du réseau, mais offre également la possibilité d’augmenter les récompenses pour les participants. Nous, chez cours-crypto.fr, allons explorer ce qu’est le restaking et comment il peut être utilisé pour dynamiser les récompenses sur Ethereum.

Qu’est-ce que le restaking?

Le restaking est un concept innovant dans la sécurité des cryptomonnaies, permettant aux détenteurs d’Ether (ETH) de l’utiliser plusieurs fois dans la couche de consensus. Cette approche leur permet d’accroître leurs récompenses tout en consolidant la sécurité du réseau de staking en déployant des tokens de staking liquides auprès de validateurs sur plusieurs réseaux.

En règle générale, les tokens mis en jeu demeurent inactifs sur les blockchains Proof-of-Stake (PoS). Le restaking active ces tokens, offrant ainsi des récompenses de staking plus élevées aux participants. Que l’on mise directement de l’Ethereum ou qu’on utilise un token de staking liquide (LST), on peut recourir à un protocole de restaking tel qu’EigenLayer pour recevoir des récompenses supplémentaires sur les tokens mis en jeu.

Le nombre impressionnant de validateurs sur le réseau Ethereum participant au mécanisme de consensus PoS est remarquable. Cependant, l’ETH mis en jeu reste dormant. Grâce aux protocoles de staking liquide, l’ETH mis en jeu est converti en tokens fongibles, permettant ainsi son utilisation dans des applications de finance décentralisée (DeFi). Ce mécanisme élimine le seuil minimum de mise de 32 ETH, permettant ainsi à ceux qui possèdent moins d’ETH de gagner des récompenses de mise.

Ça pourrait vous intéresser :  Alerte hacker : 10 millions volés en 2023, découvrez comment!

Types de restaking

Le restaking se divise principalement en restaking natif et liquide. Le restaking natif est accessible aux utilisateurs qui exploitent un nœud validateur Ethereum. Il fonctionne grâce à un ensemble de contrats intelligents qui supervisent la gestion des actifs mis en jeu à l’intérieur du nœud d’un validateur.

Les validateurs peuvent bénéficier de la sécurité économique offerte par les protocoles de restaking et peuvent miser leurs tokens avec eux. Pour participer à un programme de restaking, les validateurs doivent installer et exécuter un logiciel supplémentaire pour le module de restaking.

Le restaking liquide implique quant à lui l’utilisation de tokens de staking liquides (LST). Lorsqu’un participant mise ses actifs avec un validateur dans cette procédure, le validateur lui accorde un token représentant sa mise. Le participant peut ensuite restaker le LST pour gagner des récompenses supplémentaires.

Fonctionnement du restaking liquide

Prenons l’exemple d’EigenLayer pour comprendre comment fonctionne le restaking liquide. Avec une valeur totale verrouillée (TVL) de plus de 250 millions de dollars, EigenLayer agit efficacement comme un pont entre Ethereum et d’autres applications blockchain, offrant à la fois une sécurité mutualisée et un marché pour celle-ci.

EigenLayer sert de cadre fondamental pour le restaking. Toute personne ayant déjà mis en jeu son ETH — directement ou via des solutions de staking liquides — peut interagir avec les contrats intelligents d’EigenLayer. Cela leur permet de restaker leurs avoirs et contribuer à la sécurité de diverses plateformes, créant ainsi un mécanisme de sécurité collective alimenté par Ethereum.

Sécurité collective utilisant l’ETH mis en jeu

Lancer un nouveau protocole implique généralement d’établir un nouveau réseau de confiance pour des raisons de sécurité, ce qui inclut la configuration d’un réseau de validateurs et l’introduction d’une cryptomonnaie native.

Ça pourrait vous intéresser :  Ethereum explose les records avec 370M$ de gains en 2024 !

Le restaking modifie cette approche en permettant à ces protocoles ou ensembles actifs de validateurs (AVS) d’utiliser la sécurité collective des participants d’Ethereum, rendant le développement beaucoup plus efficient. Ces AVS, également appelés modules EigenLayer, peuvent aller des sidechains et ponts aux réseaux d’oracles, réseaux gardiens et couches de disponibilité des données.

Dans le passé, un attaquant pouvait potentiellement compromettre la sécurité d’un AVS pour provoquer une perturbation. Cependant, avec le modèle EigenLayer basé sur une sécurité partagée, toute tentative similaire exigerait désormais une confrontation avec l’ensemble du stake collectif, évalué à plusieurs milliards de dollars. Participer aux contrats intelligents EigenLayer présente cependant des risques supplémentaires, y compris une augmentation potentielle des conditions pour la pénalisation (slashing) du staked ETH.

Pour ceux qui mettent leur Ethereum en jeu, ce modèle offre l’opportunité d’obtenir des rendements plus élevés en sécurisant divers AVS avec leur ETH restaké sans nécessiter différents tokens. EigenLayer facilite cela par le biais d’un marché où les AVS peuvent attirer le soutien des validateurs Ethereum, qui peuvent alors choisir quels modules soutenir en fonction des incitations offertes.

Préoccupations concernant le restaking

Certaines inquiétudes entourent le restaking, notamment concernant l’allocation répétée des fonds aux mêmes validateurs, augmentant ainsi à la fois le rendement et le risque. Les développeurs ont averti qu’un effet levier excessif pourrait entraîner l’instabilité des projets. Selon eux, si davantage de risque financier est intégré dans la blockchain elle-même, cela ne ferait que déstabiliser tout l’écosystème. Vitalik Buterin, co-fondateur d’Ethereum, a mis en garde contre le fait que les protocoles de restaking pourraient exposer la blockchain à un risque systémique significatif.

Ça pourrait vous intéresser :  Alerte piratage ! Mozaic Finance perd 2,4M$ à cause d'une clé privée !

L’accroissement rapide des protocoles de restaking signifie que les risques associés augmentent également, nécessitant une attention immédiate. Un échec massif pourrait compromettre la sécurité du réseau sous-jacent. En 2022, Ankr, un protocole basé sur le réseau BNB a été exploité; cet incident devrait servir d’avertissement sur une catastrophe potentielle pour un réseau blockchain.

L’émergence du staking comme composante DeFi

Alors que le restaking continue d’évoluer, il est susceptible de s’affirmer comme une composante clé du DeFi, attirant davantage liquidités et utilisateurs vers le staking Ethereum qui a historiquement été à la traîne par rapport aux autres réseaux PoS en termes ratio du staking. Grâce aux synergies entre LST et restaking, l’écosystème du staking Ethereum pourrait connaître une croissance significative.

Les risques potentiels pour les blockchains layer-1 dus au restaking suggèrent une approche prudente concernant le développement et déploiement des services liés au staking. Résoudre les conflits potentiels après que le restaking ait pris son essor aidera à prévenir les effets négatifs. En tenant compte des effets à long terme et immédiats du restaking sur l’écosystème Ethereum pourrait aboutir à une situation gagnante pour tous les participants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *