Découvrez pourquoi l’ETF Ether est moins probable que Bitcoin!

La perspective d’approbation d’un fonds négocié en bourse (ETF) basé sur l’Ether semble moins certaine que celle des ETF Bitcoin précédemment approuvés aux États-Unis, selon John Lo, fondateur de Recharge Capital. Dans une interview exclusive accordée à Cointelegraph, il a partagé son avis sur le sujet, anticipant un examen réglementaire accru de la part de la Securities and Exchange Commission (SEC) envers tous les ETF basés sur les cryptomonnaies, en particulier ceux liés à l’Ether.

Lo a souligné que la vigilance envers les ETF de cryptomonnaies n’a fait que s’intensifier, estimant que la SEC a été contrainte d’approuver les ETF Bitcoin en raison de son affaire avec Grayscale. Pour lui, c’est une défaite marquante pour la SEC. Malgré cela, des entreprises telles que BlackRock, Grayscale, Fidelity, Invesco Galaxy, VanEck, Hashdex et Franklin Templeton sont en lice pour obtenir l’approbation d’un ETF Ether. La SEC doit prendre une décision sur l’application de VanEck d’ici le 23 mai, celle d’ARK 21Shares d’ici le 24 mai, celle de Hashdex d’ici le 30 mai, celle de Grayscale d’ici le 18 juin et celle d’Invesco d’ici le 5 juillet. Les applications de Fidelity et BlackRock doivent être décidées respectivement avant le 3 août et le 7 août.

En cas de refus potentiel par le gendarme financier, Ethereum survivra sans un ETF Ether grâce à l’innovation rapide et aux récentes mises à jour du réseau. Lo reste confiant dans la capacité d’Ethereum à innover et à proposer des cas d’utilisation intéressants, ayant déjà observé des systèmes financiers alternatifs se construire sur cette plateforme.

Ça pourrait vous intéresser :  Lido perd sa domination sur le marché du staking Ethereum!

L’expérience utilisateur en DeFi : un frein à l’adoption institutionnelle

Les applications de finance décentralisée (DeFi) sont souvent critiquées pour leur manque d’attention portée à l’expérience utilisateur, ce qui rend leur utilisation difficile pour les débutants en cryptomonnaie. Selon Lo, c’est l’un des principaux obstacles qui freinent la participation institutionnelle dans le secteur.

Il estime que l’amélioration de l’expérience utilisateur est un goulot d’étranglement majeur et observe qu’il existe toute une industrie qui tente de faciliter l’accès aux cryptomonnaies, que ce soit pour les institutions ou les participants individuels. Des développements significatifs ont été réalisés dans ce domaine.

Un autre problème pour l’industrie émergente de la DeFi est le coût élevé d’acquisition des utilisateurs. Lo pointe du doigt les coûts qui peuvent atteindre 10 à 12 dollars par utilisateur ou plus. Ce niveau de dépense n’est pas viable pour beaucoup de startups ou protocoles DeFi, ce qui explique le nombre relativement faible d’utilisateurs dans ce secteur.

Malgré ces défis, Ethereum reste un lieu privilégié pour l’activité DeFi. La valeur totale verrouillée (TVL) sur le réseau Ethereum a augmenté de 80,3% au cours de la dernière année pour atteindre 51 milliards de dollars au 18 mars, selon DefiLlama. Le nombre d’adresses de portefeuille uniques a quant à lui augmenté de 21,6% pour atteindre 115 934 au cours de la même période, selon les données d’Etherscan.

Nous chez cours-crypto.fr suivons attentivement ces développements et continuerons à vous fournir des analyses expertes sur ces sujets complexes mais passionnants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *