La SEC nigériane va-t-elle augmenter les frais d’inscription?

La Commission des valeurs mobilières du Nigéria (SEC) a récemment proposé une augmentation significative des frais d’enregistrement pour les plateformes d’échange de cryptomonnaies, passant de 30 millions de nairas (environ 18 620 dollars) à 150 millions de nairas (environ 93 000 dollars). Cette proposition fait partie d’une série d’amendements visant à clarifier et à intégrer les suggestions des acteurs de l’industrie, notamment suite aux récentes discussions avec la Banque centrale du Nigéria (CBN).

Révision des règles pour les plateformes de cryptomonnaies

Nous observons que la SEC nigériane a initialement établi des règles et des lignes directrices pour tous les prestataires de services liés aux actifs numériques et aux cryptomonnaies en mai 2022. Cependant, le vendredi 15 mars 2024, elle a suggéré une révision de ces règles. Selon les directives mises à jour, les bourses d’actifs numériques, les plateformes d’offre d’actifs numériques et les dépositaires d’actifs numériques devront désormais payer des frais de demande de 300 000 nairas (environ 186 dollars), contre 100 000 nairas (environ 62 dollars) auparavant.

Les frais de traitement ont également connu une hausse significative, passant de 300 000 nairas (environ 186 dollars) à 1 million de nairas (environ 620 dollars). De même, les frais d’enregistrement ont grimpé de 400%, passant de 30 millions de nairas (environ 18 620 dollars) à 150 millions de nairas (environ 93 102 dollars).

Impact sur l’écosystème crypto local

Malgré l’affirmation de la SEC selon laquelle ces changements proposés découlent des contributions des acteurs de l’industrie, certains ont critiqué l’exigence d’un capital libéré de 500 millions de nairas (environ 310 343 dollars). Ils soutiennent que ce montant élevé favoriserait principalement les entreprises étrangères au détriment des entités locales.

Ça pourrait vous intéresser :  SHIDO TOKEN S'EFFONDRE: 94% PERDUS à cause d'un PIRATE!

Le Nigéria s’est imposé comme l’une des économies cryptographiques à la croissance la plus rapide au monde ces dernières années. En effet, il a été classé deuxième au niveau mondial en termes d’adoption des cryptomonnaies en 2023 et a été nommé le pays le plus obsédé par la crypto au monde en août 2022, en se basant sur le nombre de recherches Google pour “cryptomonnaie” ou “acheter des cryptos”.

Contexte économique et réglementaire

Il est intéressant de noter que le Nigéria a abandonné son ancrage monétaire de longue date en juin 2023, permettant ainsi au naira de s’échanger librement. Le pays a ensuite été confronté à une inflation record. En janvier 2024, l’inflation à la consommation au Nigéria a augmenté pour le treizième mois consécutif pour atteindre près de 30%, selon les données du Bureau national des statistiques.

Cette proposition intervient dans un contexte où le pays cherche à établir un cadre réglementaire clair pour les cryptomonnaies. Toutefois, il est crucial que ce cadre soutienne l’innovation tout en protégeant les consommateurs sans imposer des obstacles disproportionnés aux entreprises locales.

Conclusion

En conclusion, nous remarquons que la SEC nigériane joue un rôle essentiel dans la mise en place d’un environnement réglementaire adapté pour le secteur naissant des cryptomonnaies. Il est essentiel que ces mesures soient équilibrées afin d’encourager la croissance et l’innovation tout en assurant une protection adéquate aux investisseurs. Nous suivrons attentivement les développements futurs pour vous informer sur cours-crypto.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *