Les autorités finlandaises traquent les transactions Monero liées au piratage de Vastaamo.

Les autorités finlandaises ont récemment réussi à tracer des transactions de Monero liées à une cyberattaque majeure, démontrant ainsi la vulnérabilité potentielle même des cryptomonnaies réputées pour leur anonymat. Nous, chez cours-crypto.fr, avons suivi cette affaire de près pour vous apporter les dernières informations.

Le suivi des transactions Monero

Le Bureau National d’Investigation de Finlande a mené une enquête minutieuse sur les transactions de Monero (XMR) dans le cadre du procès pénal de Julius Aleksanteri Kivimäki, accusé d’avoir piraté la base de données d’une entreprise privée de santé mentale et exigé des paiements de rançon en cryptomonnaies. Selon des rapports locaux, les procureurs ont présenté de nouvelles preuves le 22 janvier, révélant un chemin cryptographique menant au compte bancaire de Kivimäki.

En octobre 2022, le pirate informatique aurait demandé 40 Bitcoins (BTC) en échange de la non-publication des dossiers de plus de 33 000 patients du fournisseur de services de psychothérapie Vastaamo. Lorsque la rançon n’a pas été payée, Kivimäki aurait ciblé des patients individuels, recevant des paiements en Bitcoin et envoyant les fonds à une bourse qui n’était pas conforme aux directives Know Your Customer (KYC) avant d’échanger contre du Monero et de transférer les fonds vers un portefeuille Monero dédié.

La technologie derrière Monero

Monero est connue pour ses fonctionnalités avancées en matière de confidentialité et est prétendument intraçable, selon sa page officielle. Ses technologies améliorant la vie privée incluent les Ring Confidential Transactions (RingCT), les signatures en cercle et les adresses furtives. RingCT brouille les transactions des utilisateurs, dissimulant la source réelle des fonds, tandis que les signatures en cercle cachent l’identité de l’expéditeur en le présentant comme faisant partie d’un groupe d’expéditeurs possibles.

Ça pourrait vous intéresser :  Monero s'effondre, Binance le bannit!

Une caractéristique clé supplémentaire de Monero est les adresses furtives, qui permettent de générer une adresse unique pour chaque transaction, rendant difficile la liaison de multiples transactions au même destinataire. En mars 2019, le président du Comité des finances de l’Assemblée nationale française, Eric Woerth, a proposé d’interdire les cryptomonnaies anonymes, y compris Monero, en raison de leur capacité à anonymiser complètement les utilisateurs, contournant ainsi toute procédure d’identification.

L’intérêt croissant des autorités

Les autorités américaines ont également examiné de près Monero. En 2020, l’Internal Revenue Service a offert une prime pouvant atteindre 625 000 $ à quiconque parviendrait à briser les pièces privées prétendument intraçables. Des recherches antérieures suggèrent que l’analyse blockchain peut remonter les transactions avec des pièces privées, y compris les activités avant 2017.

Nous pensons que cette affaire souligne l’importance pour les investisseurs et utilisateurs de cryptomonnaies d’être conscients des risques potentiels liés à la confidentialité et à l’anonymat dans le domaine numérique. Alors que la technologie blockchain continue d’évoluer, il devient impératif pour chacun d’être vigilant et informé.

Les implications pour la communauté crypto

L’affaire finlandaise met en lumière la complexité croissante du suivi des activités illégales dans l’espace crypto. Bien que Monero et d’autres pièces axées sur la confidentialité offrent un niveau élevé d’anonymat, cette enquête montre que les agences gouvernementales développent des méthodes pour suivre ces transactions cryptographiques. Cela pourrait avoir des implications significatives pour l’avenir de ces monnaies privées et la façon dont elles sont réglementées.

Chez cours-crypto.fr, nous continuons à suivre cette histoire et fournirons des mises à jour à mesure que de nouveaux développements surviennent. Restez informés avec nous sur tous les aspects du monde dynamique et en constante évolution des cryptomonnaies.

Ça pourrait vous intéresser :  Kraken arrête le trading Monero en Irlande et Belgique!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *