Monero s’effondre, Binance le bannit!


Le déclin de Monero suite à l’annonce de son retrait par Binance

Monero confronté à un déclin historique

Nous avons récemment été témoins d’une chute spectaculaire de la cryptomonnaie axée sur la confidentialité, Monero, qui a atteint son niveau le plus bas en cinq mois. Cette baisse significative est survenue peu après l’annonce par Binance, l’une des principales plateformes d’échange de cryptomonnaies, de son intention de retirer Monero de sa liste d’actifs numériques disponibles.

En effet, Binance a déclaré qu’à partir du 20 février 2024, Monero, ainsi que d’autres jetons tels qu’Aragon (ANT), Multichain (MULTI) et Vai (VAI), ne feront plus partie de son offre. Cette décision entraînera la suppression de toutes les paires de trading impliquant Monero, y compris celles contre le Bitcoin (BTC), l’Ethereum (ETH), le Tether (USDT) et la monnaie native de Binance, le BNB (BNB).

Répercussions immédiates sur les prix

La réaction du marché face à cette annonce ne s’est pas fait attendre. Le prix de Monero a connu une chute brutale, perdant près de 19% de sa valeur en quelques heures seulement. Selon les données fournies par TradingView, le XMR est tombé à 136 $ sur Binance à 9h21 UTC. Bien que le prix se soit légèrement redressé depuis, s’établissant à environ 140,30 $ au moment de la rédaction, il n’en demeure pas moins que Monero a touché des creux inédits depuis mi-septembre 2023.

Cette situation soulève des interrogations quant aux critères adoptés par Binance pour procéder à ce désinvestissement. La plateforme évoque divers facteurs, dont la contribution à un écosystème crypto sain et durable, des preuves de conduite contraire à l’éthique ou frauduleuse ou encore la réactivité aux demandes périodiques de diligence raisonnable émises par Binance.

Ça pourrait vous intéresser :  Kraken arrête le trading Monero en Irlande et Belgique!

Une tendance plus large dans l’industrie?

Binance n’est pas la seule entreprise à prendre ses distances avec Monero. En fin d’année dernière, OKX, une autre bourse d’échange de cryptomonnaies, avait également annoncé son intention de retirer Monero et Zcash (ZEC), une autre monnaie axée sur la confidentialité, dès le 5 janvier 2024. Ces actions pourraient refléter une tendance croissante visant à exclure les cryptomonnaies privées des grandes plateformes d’échange pour des raisons réglementaires ou éthiques.

Certains observateurs du secteur interprètent cette décision comme un mauvais présage pour Binance elle-même. Un trader en cryptomonnaie a exprimé en ligne que ce retrait pourrait signaler un déclin progressif de Binance, qui serait désormais “tellement conforme” qu’elle ne pourrait plus choisir librement les actifs à soutenir.

Pressions réglementaires et incertitudes futures

Malgré ces événements défavorables pour Monero et peut-être pour Binance elle-même, il convient de noter que l’ancien PDG de Binance, Changpeng Zhao, a plaidé coupable devant un tribunal américain pour avoir enfreint les lois anti-blanchiment et les sanctions en fin d’année dernière. Cependant, la plateforme continue de subir des pressions réglementaires mondiales.

Zhao est actuellement dans l’attente de sa sentence prévue pour le 23 février 2024 aux États-Unis et pourrait faire face jusqu’à 18 mois d’emprisonnement. Ces développements suggèrent que le secteur des cryptomonnaies reste dans une zone grise réglementaire complexe et que l’avenir pourrait réserver davantage d’obstacles pour les monnaies numériques axées sur la confidentialité telles que Monero.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *