L’Europe va interdire les protocoles non décentralisés ? Découvrez !

La finance décentralisée, plus communément appelée DeFi, est actuellement sous le feu des projecteurs en Europe. La Commission européenne examine de près ce secteur émergent et envisage d’imposer des réglementations spécifiques. Selon le cadre réglementaire des marchés des crypto-actifs (MiCA), la Commission doit préparer un rapport d’évaluation du marché de la DeFi d’ici le 30 décembre 2024. Ce rapport examinera la possibilité de réguler les systèmes décentralisés, en particulier ceux sans émetteur ou prestataire de services clairement identifié.

Nous avons initié plusieurs actions pour préparer ce rapport, notamment une étude sur la supervision intégrée, mais aucune décision politique n’a été prise à ce stade, a indiqué un porte-parole de la Commission. L’objectif est de comprendre comment réguler les activités telles que le prêt et l’emprunt de crypto-actifs, qui sont au cœur de l’espace DeFi.

L’impact potentiel des nouvelles réglementations

La DeFi marque un tournant par rapport aux systèmes financiers centralisés traditionnels, s’appuyant sur des technologies décentralisées construites sur la blockchain. Tandis que les lois financières traditionnelles se concentrent souvent sur la régulation des parties centrales telles que les banques ou les prestataires de services financiers, les systèmes décentralisés fonctionnent sans ces intermédiaires. Cependant, l’introduction de nouvelles réglementations pourrait remettre en question la viabilité légale de certains projets crypto.

Rune Christensen, co-fondateur de MakerDAO, a souligné que les règles pourraient soumettre certaines interfaces DeFi, comme les bourses décentralisées, à des exigences de licence. “Cela rendrait impossibles les frontaux DeFi sur des domaines internet normaux, tels que nous les connaissons aujourd’hui. Seuls des frontaux entièrement décentralisés ou en ligne avec KYC complet seraient possibles,” a-t-il exprimé.

Ça pourrait vous intéresser :  Do Kwon accusé de fraude par la SEC! Détails chocs!

De même, Nathan Catania, partenaire chez XReg Consulting, pense qu’une éventuelle régulation DeFi s’appliquerait à toutes les applications non entièrement décentralisées, y compris les interfaces DeFi. Selon lui, la réglementation MiCA ne définit pas ce qui constitue une décentralisation et l’étendue des règles DeFi dépendra grandement des critères utilisés pour déterminer ce concept.

Le rôle des prestataires de services en crypto-actifs

Sous la réglementation MiCA, un prestataire de services en crypto-actifs (CASP) est toute entité qui offre des services liés aux actifs numériques à des tiers, incluant les services d’échange, de transfert et les portefeuilles de garde. Catania souligne qu’un facteur clé que les régulateurs pourraient considérer pour évaluer le niveau de décentralisation est si un service professionnel est effectué.

“Une interface qui fournit simplement aux utilisateurs un accès à la DeFi sans aucun contrôle sur leurs fonds et qui ne facture pas de frais est moins susceptible d’être à risque qu’une interface qui ajoute une commission,” explique-t-il.

Une autre voie possible pour la régulation de la DeFi serait via le Groupe d’action financière (FATF). Maxim Galash, PDG de CoinChange Financials, indique que le FATF propose que dans certains scénarios, les individus ou entités exerçant un contrôle ou une influence significative sur les arrangements DeFi puissent être catégorisés comme fournisseurs de services d’actifs virtuels (VASP). “Cette classification s’applique même si les arrangements semblent décentralisés,” ajoute-t-il.

Croissance exponentielle du secteur DeFi

Les données fournies par DefiLlama montrent que la valeur totale bloquée (TVL) dans les protocoles DeFi a connu une augmentation considérable au cours des quatre dernières années : passant de 570 millions de dollars en avril 2020 à 96,7 milliards au moment de l’écriture. Cette croissance spectaculaire témoigne du dynamisme du secteur.

Ça pourrait vous intéresser :  Sam Bankman-Fried risque 50 ans de prison et 11 milliards !

“La question clé est de savoir si l’arrangement DeFi est simplement un arrangement technologique ou s’il existe un parti contrôlant derrière cela pouvant influencer la valeur utilisateur,” conclut Catania.

En tant qu’experts en crypto-monnaie chez cours-crypto.fr, nous suivrons attentivement l’évolution du cadre réglementaire européen concernant la finance décentralisée. Les implications pour les investisseurs et développeurs dans cet espace sont considérables et pourraient redéfinir l’avenir du secteur financier numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *