Paraguay lève l’interdiction du minage de Bitcoin? A vendre énergie!

Les législateurs paraguayens ont récemment suspendu une proposition de loi controversée visant à interdire complètement l’exploitation minière de Bitcoin dans le pays. Cette décision ouvre désormais la porte à des discussions sur la possibilité de vendre l’énergie excédentaire provenant de la centrale hydroélectrique d’Itaipu aux mineurs de cryptomonnaies, plutôt que de l’exporter vers le Brésil et l’Argentine. Nous, chez cours-crypto.fr, allons explorer les implications et les enjeux d’une telle initiative.

Debats sur l’exploitation minière de Bitcoin

C’est lors d’une session du Sénat, le 10 avril, que la sénatrice Lilian Samaniego a confirmé qu’un débat public serait organisé le 23 avril pour discuter des avantages et des inconvénients du minage de Bitcoin au Paraguay. Ce revirement fait suite à une proposition de loi déposée le 4 avril dernier qui prévoyait une interdiction temporaire du minage de Bitcoin pendant 180 jours, en raison de prétendues exploitations illégales ayant perturbé l’approvisionnement en électricité du pays.

Toutefois, quelques jours plus tard, le 8 avril, les législateurs ont approuvé une déclaration soutenant les investissements locaux et étrangers en infrastructure. Cette décision pourrait inciter le Ministère de l’Industrie paraguayen à étudier les avantages économiques liés à la vente d’énergie excédentaire aux mineurs de Bitcoin.

Potentiel économique pour le Paraguay

Dans sa lettre au Congrès datée du 8 avril, la sénatrice Buzarquis a souligné que les 45 mineurs de cryptomonnaies autorisés pourraient générer environ 48 millions de dollars pour l’Administration Nationale d’Électricité (ANDE) d’ici 2024. Cette somme pourrait même atteindre 125 millions de dollars en 2025 après l’installation de davantage d’équipements miniers.

Ça pourrait vous intéresser :  Le premier ETF Bitcoin en Australie lancé en 2 mois?

Le coût de production d’électricité à la centrale hydroélectrique d’Itaipu étant estimé autour de 22 dollars par mégawattheure (MWh), l’ANDE pourrait réaliser un bénéfice net de 45% en vendant l’énergie excédentaire aux mineurs locaux à 40 dollars/MWh. Cela représenterait 73 millions de dollars annuellement et environ 17 millions de dollars en taxe sur la valeur ajoutée pour le Trésor public.

Impact sur l’emploi et l’économie locale

La sénatrice Buzarquis a également évoqué, lors de la session du Sénat du 10 avril, que l’extraction de cryptomonnaies pourrait créer davantage d’opportunités d’emploi pour l’économie locale. Elle a même affirmé que ces opérations minières pourraient sauver l’ANDE de la faillite.

Actuellement, le Paraguay vend son énergie au Brésil à un taux subventionné de 10 dollars/MWh. Si cette nouvelle stratégie est adoptée, elle pourrait non seulement bénéficier aux mineurs mais aussi contribuer significativement à l’économie nationale.

Controverse et préparation au halving

Le projet de loi initial du 4 avril faisait état de 50 cas d’interruptions dans l’alimentation électrique liées à des mineurs se connectant illégalement aux sources d’électricité depuis février. Si cette loi était adoptée, elle pourrait affecter des acteurs majeurs du secteur tels que Marathon Digital Holdings, qui s’est implanté au Paraguay en novembre dernier avec une installation de 27 mégawatts autour du barrage hydroélectrique d’Itaipu.

Cette controverse intervient alors que les mineurs se préparent pour le prochain événement du halving prévu pour le 20 avril, qui réduira leurs récompenses de moitié, passant ainsi de 6.25 BTC (442 000 dollars) à 3.125 BTC (221 000 dollars).

Ça pourrait vous intéresser :  "ShapeShift règle son affaire avec la SEC, Uniswap atteint un sommet historique !"

Nous sommes convaincus que cette nouvelle approche pourrait être bénéfique pour le Paraguay et son économie. Cependant, il reste essentiel que les autorités parviennent à réguler effectivement ce secteur pour éviter tout détournement illégal d’électricité et garantir une exploitation responsable des ressources énergétiques nationales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *