Vous ne croirez jamais ce que Hester Peirce a dit sur la SEC!

En tant que spécialistes du domaine des cryptomonnaies, nous ne pouvons ignorer les récents développements réglementaires qui façonnent l’avenir du secteur. Aujourd’hui, nous allons explorer les positions contrastées au sein de la Securities and Exchange Commission (SEC) américaine, ainsi que les nouvelles directives en Europe, en Argentine et à Singapour.

Critiques internes à la SEC

La commissaire de la SEC, Hester Peirce, a récemment exprimé son mécontentement face aux orientations de l’agence en matière de garde des cryptomonnaies. Elle appelle à une plus grande ouverture et interaction avec le public. Lors de la conférence annuelle SEC Speaks, Peirce a pointé du doigt la publication du Staff Accounting Bulletin 121 (SAB 121), qui interdit aux banques de conserver des actifs cryptographiques pour le compte de leurs clients. Cette directive est perçue comme un frein à l’innovation dans le secteur.

En réponse aux critiques suggérant que la SEC improvise les règles concernant les cryptomonnaies, Gurbir Grewal, directeur de la Division of Enforcement, a défendu l’approche de l’agence. Il affirme que les entreprises du secteur ont fait preuve de “nombreuses tentatives créatives” pour échapper à la juridiction de la commission. Grewal souligne que le test Howey, utilisé pour déterminer si un actif est une sécurité, a été “appliqué de manière claire et cohérente”.

La SEC invite actuellement le public à commenter les propositions de modification des règles qui permettraient la cotation et le trading d’actions de trois fonds négociés en bourse (ETF) basés sur l’Ethereum sur les bourses. Ces propositions interviennent avant la décision finale de la commission sur cet instrument d’investissement prévue en mai.

Ça pourrait vous intéresser :  "Changpeng Zhao va-t-il perdre tous ses passeports ? Découvrez pourquoi !"

Le vent tourne en Europe

Le cadre réglementaire des marchés des actifs cryptographiques (MiCA) au sein de l’Union européenne requiert que la Commission européenne évalue le marché de la finance décentralisée et la faisabilité d’une réglementation spécifique pour ce secteur d’ici le 30 décembre. Cette évaluation portera notamment sur la régulation du prêt et de l’emprunt d’actifs cryptographiques, activités centrales dans l’espace DeFi.

Changements réglementaires en Argentine

L’Argentine impose désormais aux entreprises offrant des services liés aux cryptomonnaies de s’enregistrer auprès du gouvernement dans le cadre des réformes des lois sur la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Les fournisseurs de services d’actifs virtuels opérant sans enregistrement ne pourront plus exercer dans le pays.

Cette mesure intervient alors que les utilisateurs de Strike, une application populaire en Argentine permettant des paiements Bitcoin via le réseau Lightning, ont signalé qu’ils ne pouvaient plus envoyer de fiat vers des comptes bancaires.

Singapour ajuste sa réglementation

L’Autorité monétaire de Singapour (MAS) a annoncé qu’elle mettrait en œuvre des modifications à la loi sur les services de paiement du pays pour étendre le champ des services réglementés liés aux prestataires de services liés aux tokens de paiement numérique (DPT). Ces changements incluent la fourniture de services de garde pour les DPTs, facilitant les transferts et échanges de tokens ainsi que la facilitation des transferts d’argent transfrontaliers.

La MAS précise que ces mises à jour permettront également d’inclure des exigences supplémentaires pour les prestataires de services DPT.

Au cours-crypto.fr, nous suivons avec attention ces développements réglementaires qui façonneront sans aucun doute l’avenir du marché des cryptomonnaies. Restez informés avec nous pour plus d’analyses expertes sur ces sujets cruciaux.

Ça pourrait vous intéresser :  Attention! 18 entités illégales ciblent vos investissements en Espagne!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *