Do Kwon bientôt extradé en Corée du Sud ? La décision choc !

La Cour suprême du Monténégro a récemment statué sur le cas de Do Kwon, co-fondateur de Terraform Labs, une société désormais en faillite. Initialement, il était prévu que Do Kwon soit extradé vers les États-Unis après une série de batailles judiciaires. Cependant, un revirement de situation pourrait le voir être renvoyé en Corée du Sud, son pays d’origine. Cette décision n’est toutefois pas définitive et peut encore faire l’objet d’un appel.

Un combat judiciaire complexe

La Cour d’appel a contredit la décision précédente de la Haute Cour qui avait opté pour l’extradition de Kwon vers les États-Unis le 5 mars, invoquant des “violations importantes des dispositions de la procédure pénale”. La Corée du Sud avait soumis une demande d’extradition en mars 2023, mais celle-ci avait été initialement refusée au profit de la demande des États-Unis déposée deux jours plus tôt. Depuis son arrestation à l’aéroport de Podgorica, où il tentait de se rendre à Dubaï avec un passeport costaricain présumé faux, Kwon est détenu en prison au Monténégro.

Les autorités monténégrines avaient été alertées de la présence de Kwon dans le pays par un informateur la veille de son vol prévu. Selon le Wall Street Journal, Kwon avait exprimé sa préférence pour être extradé en Corée du Sud, souhaitant se rapprocher de sa famille. Ses avocats ont remis en question la validité du traité qui permettrait son extradition vers les États-Unis. En Corée du Sud, Kwon risquerait une peine d’emprisonnement de 40 ans.

Ça pourrait vous intéresser :  Biden et Trump contre les cryptos ? La vérité choquante !

Des conséquences juridiques et personnelles

Les avocats de Kwon avaient demandé que son procès aux États-Unis soit reporté jusqu’à son extradition dans ce pays. La Securities and Exchange Commission (SEC) américaine a rejoint cette demande, sollicitant que le procès de Kwon aux États-Unis soit retardé au moins jusqu’au 18 mars. La SEC poursuit à la fois Terraform Labs et Kwon dans sa plainte.

Han Chang-joon, directeur financier de Terraform Labs qui avait été arrêté avec Kwon à l’aéroport, a été extradé en Corée du Sud en février. Terraform Labs a déposé le bilan au chapitre 11 aux États-Unis le 21 janvier. L’émetteur de la stablecoin Terra et du jeton de gouvernance LUNA s’est effondré en mai 2022. Depuis cet effondrement, Kwon n’avait pas été vu jusqu’à son arrestation au Monténégro, bien qu’il maintenait une présence sur les réseaux sociaux avec plus d’un million d’abonnés sur X (anciennement Twitter).

Kwon et Han auraient vécu en Serbie après leur départ de Corée du Sud et auraient ouvert une entreprise de conseil malgré un avis de recherche “rouge” émis par Interpol pour Kwon.

L’univers unique et incroyable des cryptomonnaies en Corée du Sud

Il est indéniable que l’affaire Do Kwon soulève des questions importantes sur la régulation des cryptomonnaies, notamment concernant les procédures d’extradition et les sanctions pénales associées aux activités frauduleuses dans ce secteur. Cela nous rappelle également l’influence significative que peuvent avoir les fondateurs et dirigeants d’entreprises crypto sur l’économie numérique mondiale – et les conséquences potentiellement graves lorsque les choses tournent mal.

Nous suivrons attentivement l’évolution de cette affaire et ses répercussions sur l’espace crypto global. Pour plus d’informations et d’analyses expertes sur le monde des cryptomonnaies, restez connectés sur cours-crypto.fr.

Ça pourrait vous intéresser :  L'Europe va interdire les protocoles non décentralisés ? Découvrez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *