Sam Bankman-Fried risque 50 ans de prison et 11 milliards !

Les procureurs demandent une peine de 40 à 50 ans de prison pour Sam Bankman-Fried, l’ancien PDG de la plateforme d’échange de cryptomonnaies en faillite FTX et fraudeur avéré. Selon les lois en vigueur, il risque jusqu’à 110 ans derrière les barreaux.

Dans un mémoire de 116 pages soumis au juge Lewis Kaplan le 15 mars, les procureurs détaillent les activités de Bankman-Fried en se concentrant sur cinq points principaux : son stratagème pour effectuer des contributions politiques illégales, sa tentative de corruption d’officiels gouvernementaux chinois, ses méfaits bancaires, ses tentatives pour détourner la responsabilité et diverses obstructions à la justice.

Bankman-Fried n’a pas été inculpé pour contributions politiques illégales car le gouvernement des Bahamas ne l’a pas extradé pour ce motif. Il n’a pas non plus été inculpé pour corruption d’officiels chinois. Le mémoire précise également que l’accusé “n’a pas pris véritablement ses responsabilités concernant son rôle dans l’effondrement de FTX et la perte des fonds des clients”.

Une comparaison avec Bernie Madoff

Le document compare à plusieurs reprises Bankman-Fried à Bernie Madoff, le financier new-yorkais qui a orchestré le plus grand schéma de Ponzi connu à ce jour, ainsi qu’à d’autres criminels financiers. Il inclut également quatre pages de témoignages de victimes du fraudeur sur le chaos causé par la faillite d’FTX.

La demande des procureurs

Le 2 novembre, Bankman-Fried a été reconnu coupable de sept chefs d’accusation : deux chefs de fraude électronique, deux chefs de conspiration pour fraude électronique, un chef de fraude en valeurs mobilières, un chef de conspiration pour fraude en matières premières et un chef de conspiration pour blanchiment d’argent. Ses avocats ont sollicité une peine maximale de six ans et demi. Il avait plaidé non coupable à toutes les accusations.

Ça pourrait vous intéresser :  Vous ne croirez jamais ce que Hester Peirce a dit sur la SEC!

La sentence proposée

Une peine de 40 à 50 ans “permettrait à l’accusé de retrouver sa liberté après que la société puisse être assurée qu’il n’aura pas l’opportunité de se tourner à nouveau vers la fraude et la tromperie”, mais devrait également “refléter la gravité des crimes commis”, ont déclaré les procureurs. Ils demandent également un jugement de 11 milliards de dollars contre lui.

Le juge Kaplan du Tribunal du district sud de New York n’est pas tenu de suivre les recommandations du gouvernement contenues dans le mémoire. La sentence sera prononcée le 28 mars.

Nous sommes conscients que ces développements peuvent susciter des réactions mitigées au sein de la communauté crypto. Chez cours-crypto.fr, nous continuons à suivre cette affaire avec attention et nous vous tiendrons informés des dernières évolutions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *